Un fonds photo à découvrir : à la bibliothèque Château d’eau de Paris

portrait: 
Un fonds photo à découvrir : à la bibliothèque Château d’eau de Paris
Interview « La photo et le livre »

Si les photographes ont l’habitude de se faire connaitre sur Internet il est parfois beaucoup plus difficile de trouver des opportunités pour exposer publiquement. C’est grâce à des initiatives privées mais aussi municipales que certains arrivent à montrer leur travail aux curieux et aux passionnés. Dans le 10ème  arrondissement de Paris, la bibliothèque Château d’eau fait justement parler d’elle en étant très active à promouvoir la photographie. Elle organise une fois tous les deux ans une manifestation de grande ampleur : « Les rencontres photographiques du 10ème » qui auront lieu en 2009 pour la troisième édition. Derrière l’évènement, Florence Monod responsable de la bibliothèque et Marie-Noëlle Maulinard responsable du fonds photo nous racontent comment tout ça a pu voir le jour.

 

RD : Le 10ème arrondissement fait beaucoup pour la photographie et vous vous investissez beaucoup sur ce sujet. Qu’est ce qui vous à amené vers la photographie ?

Florence Monod : Au départ nous sommes bibliothécaires, donc l’idée principale c’était de faire connaitre la bibliothèque et de faire connaitre ce fonds de livres photo qui existe depuis 1992. Comme nous sommes un petit peu mal situés, au quatrième étage de la mairie du 10ème arrondissement, nous voulions faire connaitre ce fonds et il fallait absolument en faire la publicité. Nous sommes installé dans une salle de lecture spacieuse et lumineuse. Elle propose plus de 2500 titres de livres empruntables et 9 abonnements à des revues spécialisées, un ensemble qui reflète la création contemporaine.
La bibliothèque accueille de nombreux photographes professionnels, amateurs et étudiants qui empruntent et consultent des monographies, essais ,ouvrages techniques, et dossiers d’actualité sur la photographie.

Nous avons commencé à organiser des expositions régulières à partir de 2002, au rythme de quatre par an. Nous nous sommes rendu compte qu’il y a énormément de photographes très talentueux à Paris qui n’ont pas de lieu d’exposition. Paris est une ville qui est assez pauvre en lieux d’expositions pour ses habitants. Il y a tout le réseau de galeries et de musées mais ils sont un peu réservés aux officiels ou aux artistes déjà connus. Mais pour les débutants, les amateurs talentueux, les artistes, il y a très peu de d’opportunités, peu de centres culturels. Parfois même les parisiens vont en banlieue ou à la campagne pour montrer leur travail.

Marie-Noëlle Maulinard : Beaucoup de photographes qui viennent ici exposent d’habitude en province. Nous avions donc une forte demande.

FM : C’est vrai que pour un photographe, la présentation de ses œuvres correspond à un moment très important. Ça finalise un processus, ça l’oblige à trier son travail, ça lui permet de se trouver et d’aboutir sa démarche. Au fur et à mesure de nos expositions à la bibliothèque du 10ème arrondissement, nous avons ressenti un besoin de trouver d’autres lieux et c’est comme ça que nous avons commencé à organiser « Les rencontres photographiques du 10ème ».

Au départ, nous avions contacté les galeries, ils ne savaient pas trop qui nous étions, nous ne sommes pas tout à fait du même monde, entre les galeries privées et une bibliothèque… Nous n’avons pas d’intérêt financier, nous ne sommes pas non plus vraiment dans l’art, nous ne sommes pas toujours vraiment "connaisseurs", du moins au début. Mais nous avons pu organiser les premières rencontres photo et nous avons eu un franc succès spontané.

M-N M : Ces rencontres se sont déroulées dans 40 lieux parsemés dans le 10ème ainsi qu’une exposition collective de 20 photographes dans la mairie, sélectionnés par un commissaire à la suite d’un appel à candidature.

Pourl lire la suite, cliquez ici 

Social

Gardez le contact

Nos partenaires