Marc Upson, le dernier indépendant couleur à Paris ?

portrait: 
Marc Upson, le dernier indépendant couleur à Paris ?
Interview « Labos, tireurs et matériel »

Photo Paolo Roversi

 

Le développement photo indépendant concède à la quantité une disponibilité et une adaptabilité que les photographes professionnels savent trouver chez Marc Upson. Musicien, photographe, tireur argentique tenace malgré les temps qui courent, il montre qu'en étant peu gourmand on peut choisir de travailler à sa manière et en prenant son temps.

Depuis combien de temps êtes-vous tireur indépendant ?

Je suis à mon compte depuis début 1997. Et dans ce lieu-ci, ça fait neuf ans.

Êtes-vous le dernier labo couleur indépendant à Paris ?

Pour ce qui est du négatif, il n'y en a plus d'autres en activité sur Paris, à ma connaissance. Sauf peut-être, et je ne le connais pas personnellement, Benny Karma mais je n’ai pas eu de nouvelles depuis un moment. Il est plus âgé que moi, peut-être autour de la soixantaine, et était tireur indépendant. Il développait aussi les films à la main, à bain perdu. C’est quelque chose dans lequel je ne me lancerais pas. Je suis trop attaché à la qualité de développement d’un film, et pour moi ce n’est pas un gain de qualité de le développer autrement qu’à la machine. Le développement parfait d’un film, c’est la constance et la propreté, pas l’adaptabilité à des circonstances particulières. A une autre époque, on développait couramment les films E6 à la main, pour pouvoir faire des corrections chromatiques. Sinon, pour le tirage de diapo sur Cibachrome (pardon, Ilfochrome), Roland Dufau est toujours en activité (tant qu'il a du papier). Il faut en profiter, d'ailleurs. Après lui, ce sera probablement fini...

Il y a bien sûr d’autres moyens de faire des tirages couleurs autrement que chez un indépendant, dans des labos un peu plus importants. Il y a toujours des tireurs argentiques chez Publimod, Picto ou Dupon. Ça se réduit mais il y a toujours des gens pour faire ce travail. Ce qui distingue un labo comme le mien, c’est la disponibilité. Je n’ai pas de supérieur hiérarchique, on peut tout à fait venir chez moi avec un rendez-vous à dix heures le matin pour deux tirages, bien s'entendre, discuter deux heures, aller déjeuner ensemble, discuter encore deux heures puis s'occuper des tirages pour quitter le labo vers dix huit heures...

Pour lire la suite, cliquez ici

Social

Gardez le contact

Nos partenaires