Les réfléxions d’une américaine à Paris : la photographie de Rachael Woodson

portrait: 
Les réfléxions d’une américaine à Paris : la photographie de Rachael Woodson
Interview « Photographes »

Portrait de Ryan Handt

Après de nombreuses conversations et une relation amicale naissante, j’ai eu le grand plaisir de mieux connaître le travail de Rachael Woodson. J'ai rencontré Rachael lors de son installation en France. Et depuis, ses photographies ont été publiées dans le magazine Nylon et elle a exposé à Révélation 4 à Paris, été 2010.

Cliquez ici pour lire l’interview en anglais/To read the interview in english, click here

Cloud, 2005, Band of Outsiders

Quelle est ton éducation photographique?

J’ai commencé à photographier au lycée. Ma mère m’accompagnait à New York, où j’ai suivi un cours pendant mes weekends à Pratt puis au School of Visual Arts (SVA). J’ai aussi passé des heures à la bibliothèque publique en regardant les monographies de Diane Arbus et Mary Ellen Mark. Après mon bac, je suis retournée au School of Visual Arts pour faire une licence, ce qui m’a vraiment ouvert les yeux et le cœur à la photographie, en apprenant son histoire. J’ai découvert à quel point la photographie peut être un moyen puissant de s’exprimer.

Comment décrit-tu ta manière de travailler ? Avec des buts à atteindre, ou est-ce plutôt un processus naturel ?

Ma manière de travailler va et vient au gré de ma vie quotidienne et je ne me donne pas de règles strictes parce que je fonctionne surtout à l’intuition pour me guider.  Une sensibilité, développée pendant des années, s’active en moi dès que je trouve quelque chose que je voudrais photographier. D’habitude, c’est un moment qui représente visuellement une émotion ou une expérience de jeunesse. Il y a aussi certaines personnes, comme mes frères, qui provoquent les mêmes idées, donc quand je les vois, souvent ils m’inspirent de nouvelles photos.

 

 

Le Cerisier, 2010, Disconnected

Pour lire la suite, cliquez ici 

Social

Gardez le contact

Nos partenaires