La photographie environmentaliste de Carll Goodpasture

portrait: 
La photographie environmentaliste de Carll Goodpasture
Interview « Photographes »

On peut se poser la question : comment un scientifique peut trouver sa voie dans la photographie ? Pour Carll Goodpasture, d’origine américaine, le lien entre l'entomologie et la photographie n’est pas si éloigné. Bien que sa photographie ait commencé par des explorations de sa propre identité, de ses souvenirs, des gens et des lieux, sa carrière s’est précisé vers la cause environnementale. Aujourd’hui résident en Norvège, Carll partage avec nous ses réfections sur le sens de ses photos et le dévouement artistique au soutien de la nature.

To read the interview in english, click here

Carll Goodpasture
End of Verdens Ende

Vous dites : « Je crois que mon travail traite de l’inconscience et de la perception. » Pouvez-vous préciser comment vous avez développé ces thèmes pendant des années dans votre photographie ?

Voilà une question qui va plus loin que juste ma photographie.  On va séparer les idées de la conscience, de la progression, et le sujet choisis par le photographe.  En premier, on parle de la question de la perception, ou "la vue" dans la photographie.

J’ai toujours été fasciné par la photographie.  J’essayais imaginer ce qu’est d’être un photographe et ce que ça veut dire. On dit qu’un artiste ne peut jamais s’arrêter d’être attentif. Ceci est surtout vrai pour la photographie.  Le regard et l’œil en réponse à ce qui nous entoure – on va le nommer perception. En regardant une image, la question la plus intéressante est : pourquoi la photo est-elle prise et qu’est ce qu’elle signifie. Non pas : qu’est ce qu’il y a dans cette image, et est-ce une bonne composition. Autrement dit, j’explore l’idée du "conscious camerawork" (le travail conscient ndlr) pour enrichir mes expériences et ma joie de vivre. C’est à dire, j’aime à la pratiquer.
Alors, après une vie de pratique, la critique me demande : comment vous avez développé ces thèmes ? Peut-être la réponse se trouve à deux niveaux : les aspects physiques et les aspects spirituels.  En même temps que la nature, le paysage, et le peuple sont les sujets à longs termes de ma photographie, le sens et la signification ont largement progressé. Dans ce respect, la photographie est une activité holistique qui peut changer notre vie.

Alors maintenant, passons à la question de ce que veut dire : progresser dans la photographie.

Ansel Adams a dit une fois qu’il a maîtrisé le métier quand il a commencé à se répéter. C’est une question importante de savoir ce qu’est l’art aujourd’hui ; est-ce suffisant si c’est nouveau ? Mon point de vue est que nous grandissons et que nous changeons parce que nous vivons. Mais pour faire un changement de vie tout en faisant de l’art, il nous faut aller plus profondément dans notre métier. Faire de la photo une partie essentielle de ma vie à aidé ma progression. Bref, mon travail a progressé depuis l’utilisation d’un appareil comme outil scientifique, pour identifier un insecte, jusqu’à l’utilisation d’un appareil comme outil de l’imagination, pour exprimer mes sentiments sur le changement du climat. A mon avis, c’est ça le progrès ; documenter objectivement une réalité puis créer une réalité en passant par la perception. En regardant ce que les photographies peuvent représenter au-delà du contenu littéral, il y a plein de choses intuitives qui se passent dans une photo.
Je considère que ma photographie est liée intimement à ma progression, ou évolution, en étant humaine ; donc c’est aussi un sort de mon voyage psychologique, ou au moins une opportunité. Par exemple : devinez ce que j’ai appris de la vie en photographiant mon divorce ?

Carll Goodpasture
Ula’s Orange Light

Pour lire la suite, cliquez ici 

Social

Gardez le contact

Nos partenaires