La photo en couple, Lucie Pastureau et Lionel Pralus

portrait: 
La photo en couple, Lucie Pastureau et Lionel Pralus
Interview « Photographes »

Si le métier de photographe n'est pas toujours facile à exercer, Lucie Pastureau et Lionel Pralus ont choisi de vivre l'aventure en couple, en développant des projets indépendamment l'un de l'autre mais aussi en partageant des œuvres photographiques. Attirés par les sujets de la cellule familiale et les problématiques qui en découlent, la personne dans le développement de son identité, ces deux jeunes auteurs ont créé le collectif Faux amis avec Hortense Vinet et exposent en Arles proche(s), pendant les rencontres du mois de juillet.

Photographie Lucie Pastureau et Lionel Pralus
Projet commun, installation Galerie Atelier du midi, 2008-2009
Lucie et Lionel

Petite présentation, comment êtes vous venus à la photo ?

Lucie Pastureau : j’ai commencé la photographie au lycée en option arts plastiques, on avait un labo noir et blanc dans lequel je passais pas mal de temps. Mes parents m’ont offert un appareil à peu près au même moment, un Olympus. J’ai passé ensuite quatre années aux Beaux arts d’Orléans, je n’ai pas choisi tout de suite la photographie, je faisais aussi du dessin, de la gravure, j’écrivais un peu… La formation des Beaux Arts m’a beaucoup apporté, mais au bout de quatre ans, j’ai eu le désir de me spécialiser, et aussi de venir à Paris. J’ai intégré les arts décoratifs de Paris en 3ème année, et j’ai obtenu mon diplôme l’été dernier.

Lionel Pralus : comme Lucie, c’est au lycée que j’ai découvert le labo noir & blanc. Mon père m’avait déjà dit que plus jeune, il tirait lui-même ses photographies. J’ai trouvé un petit agrandisseur chez Emmaüs et je me suis bricolé un labo de fortune dans la salle de bain de mes parents (une planche sur la baignoire, des gâches à ciment pour les produits que je gardais six mois !). Je pratiquais la photographie en complément d’autres activités artistiques, qui prenaient tout mon temps libre. Je faisais énormément de peinture et de sculpture, toujours en bricolant les choses, dans un recoin de la maison familiale.
Ensuite je me suis retrouvé dans la même école que Lucie, à Orléans où j’avais emporté mon labo sous le bras et j’ai assisté à quelques workshops de photographie qui m’ont vraiment motivé pour poursuivre dans cette voie.

Photographie Lucie Pastureau et Lionel Pralus
Série Frères, 2006-2009
Lucie

Vous vivez de vos activités photographiques ?

Lucie & Lionel : C’est difficile d’en vivre pour l’instant. On se consacre essentiellement  à développer nos projets personnels, en répondant à des appels à candidature de résidences d’artistes, à des concours…On participe aussi souvent à des projets qui nous plaisent mais qui ne sont pas vraiment rémunérés. C’est une situation précaire, mais comme la plupart des artistes, on travaille à côté (petits boulots alimentaires). C’est pour le moment la meilleure alternative que l’on ai trouvé. Finalement, pour répondre à votre question, nous ne vivons pas de la photo mais pour la photo.

Pour poursuivre la lecture, cliquez ici

Social

Gardez le contact

Nos partenaires