L’antichambre des héros, par Pablo Guidali

portrait: 
L’antichambre des héros, par Pablo Guidali
Interview « Photo ou série photo »

Pablo Guidali, jeune photographe Uruguayen de 32 ans, séjourne dans le sud de la France et travaille en tant qu'assistant du labo couleur de l'Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d'Arles. Attiré par le monde de la tauromachie comme sujet de reportage photographique, il a suivi le torero Mehdi Savalli dans le monde des arènes et expose ses photos en ce moment à l'Atelier du midi.

 

photo Pablo Guidali

Comment avez vous choisi votre sujet et qu'est ce qui a fait que vous l'avez exposé à l'Atelier du midi ?

Avant d'arriver à Arles je n'avais jamais vu une corrida de ma vie, en Uruguay il n'y a pas. Je suis venu en octobre 2006 pour travailler comme assistant de langue espagnole, en profiter pour améliorer mon français et préparer le projet de ma résidence à l’ENSP d’Arles. Je venais de travailler comme photographe pour une revue uruguayenne pendant 5 ans, et du coup je me suis retrouvé à Arles sans activité en tant que photographe, ce qui m'angoissait beaucoup.
Je cherchais un sujet pour travailler, et le monde des Toreros m'a attiré l'attention car c'était encore un mystère pour moi. Je voulais découvrir ça, comment une personne de vingt ans pouvait décider de consacrer sa vie à cette activité, comment il se prépare, etc... C'était des choses que j'ignorais complètement car elles ne font pas parti de ma culture.
A coté de ça, je travaillais avec une prof d'espagnol dont la famille est très initiée au monde des corridas car son père était torero. C'est à travers elle que j'ai eu mon premier contact avec le torero Mehdi Savalli, qui très gentiment m'a permis de travailler avec lui. Mon travail s’est fini en 2007, et vers la fin de 2008 j'ai reçu
la proposition de la galerie pour l'exposer.

Pour lire la suite, cliquez ici 

Social

Gardez le contact

Nos partenaires