Klavdij Sluban, photographe intemporel

portrait: 
Klavdij Sluban, photographe intemporel
Interview « Photographes »

Pour fêter le tout premier anniversaire de notre web-magazine, nous avions envie de revenir sur une interview qui nous semblait perfectible. Non pas que les réponses de Klavdij Sluban n'étaient pas intéressantes, au contraire, il avait su prendre le contrepied d'un questionnaire trop formaté que nous lui avions fait parvenir par mail pendant son séjour à New-York. Mais c'est plutôt le constat de notre propre évolution, au contact de notre sujet que sont les interviews de photographes, et de notre goût pour l'homme et le travail de Klavdij Sluban, que nous l'avons rencontré pour l'interroger à nouveau.

“Le style est un point d'équilibre, entre une évidence extérieure et une exigence intérieure.”

Vous dites que vous avez travaillé dans le même style pendant 14 ans. Comment voyez vous l'évolution de votre style, comment approfondissez-vous votre travail ?

Il faut se poser la question de la forme, en permanence. Quand on fait un travail d'auteur, il faut que la poubelle soit bien pleine, il faut jeter beaucoup de choses. Le style est un point d'équilibre, entre une évidence extérieure et une exigence intérieure. C'est très difficile. A un moment on croit avoir trouvé quelque chose qui pourrait s'apparenter à un style, et on se sent rassuré par ce qu'on a trouvé. Le danger qui vient ensuite, c'est de tomber dans une sorte de répétition de soi-même. J'essaye donc d'avancer en dé-construisant.

Extrait de la précédente interview : Mes photos sont touchées donc nul besoin de les re-toucher. Je ne travaille jamais dans l’urgence. J’attends que les photos se reposent puis qu’elles viennent à moi.


Pologne 2005

Pour lire la suite, cliquez ici 

Social

Gardez le contact

Nos partenaires