Heterotopia, l’âme de la ruine chez Vincent J. Stoker

portrait: 
Heterotopia, l’âme de la ruine chez Vincent J. Stoker
Interview « Photographes »

Vincent J. Stoker est un jeune photographe de 31 ans, gagnant de notre concours « La photographie et son propos », il exposera en 2011 sa série "Heterotopia" à la galerie Alain Gutharc, à Paris. Ce travail sur la ruine est entouré d’une vraie cohérence graphique et intellectuelle alors même que la photographie d’architecture est à la mode. Ce qui pour sa carrière artistique fera probablement toute la différence se trouve dans la qualité de son propos couplée à une incroyable énergie.

Photographie Vincent J. Stoker

Avant Heterotopia, quel trajet vous mène à la photographie ?

C’est un peu l’histoire de ma vie finalement. J’ai commencé la photographie assez tard alors que j’avais toujours eu un appareil sur moi. Mes préoccupations au départ étaient toutes autres. Je me servais de mon appareil pour mémoriser des détails, des situations, tout ce qui éveillait en moi des idées. La photographie n’a jamais été pour moi une fin en soi, j’ai commencé en l’utilisant comme simple bloc-notes.

Après mes études, j’ai voyagé et pris beaucoup de photos sans avoir réellement de conscience photographique. Quand je suis revenu en France je m’ennuyais sévèrement. J’ai découvert, un peu par hasard, un site industriel monumental en ruines, la papeterie Darblay à Corbeille Essonne. J’y ai trouvé une forme d’exotisme qui me rappelait mes voyages, un dépaysement ou plutôt, un "ravissement" : ces lieux m’arrachaient à l’ennui du quotidien sédentaire qui m’était alors imposé.

Photographiquement, ce n’était toujours pas formidable. J’étais quasiment hystérique, presque en transe, j’hallucinais totalement sur tout. Je mitraillais le moindre boulon, la moindre petite vis. Je m’arrêtais sur les portes, les fenêtres… tout y passait ! En gros, je vidais des batteries pour remplir des cartes mémoires. Je transformais du courant électrique en pixel. Je souffrais d’une espèce de boulimie photographique aiguë.

Pour poursuivre la lecture, cliquez ici.

 

Social

Gardez le contact

Nos partenaires