Hervé Hôte, exercice de la profession et photographie appliquée

portrait: 
Hervé Hôte, exercice de la profession et photographie appliquée
Interview « Photographes »

Si bien des photographes avaient rêvé d'une vie imaginaire en commençant ce métier, d'autres ont les pieds bien sur terre. Hervé Hôte est de ceux qui travaillent une photographie appliquée, et la défende au travers d'une agence mutualisant leurs efforts. Dans cette vie réelle, il mène en parallèle ses projets photographiques personnels, autour de l'humain et autour du monde.

Comment vous définissez vous en tant que photographe ?

Je suis photographe freelance et je travaille également dans le cadre d’une société, l’Agence Caméléon, dont je suis l’un des fondateurs et associés.
Parallèlement, je mène doucement un travail plus personnel.
C’est un rêve d’ado et j’exerce ce métier depuis une dizaine d’années. J’en suis ravi et je suis très content de gagner ma vie en faisant des photos.

Qu’est-ce que vous appelez la photographie appliquée ?

Je travaille en majorité sur commande et ce qu’il faut faire c’est comprendre son client et traduire photographiquement son objectif et ainsi ne pas imposer un style qui ne lui sera pas adapté. Il faut que votre client soit à l’aise avec ses images et avec l’image que vous allez donner de sa société, de son projet, de son produit. Mais la photographie appliquée, c’est aussi répondre à un client avec votre sensibilité pour innover. C’est innover sans révolutionner l’univers de votre client.
Je fais de la Useful photography, l’anglais étant utilisé là pour justement rendre la photographie utilitaire un peu plus sexy. C’est plus sympa et moins péjoratif que le terme "photo alimentaire".

Photographie Hervé Hôte

En 2010 vous aurez trois publications autour de l’architecture. Une spécialisation ? Qu’en attendez vous ?

Comme souvent c’est une affaire de rencontre. On se croise, le courant passe, on commence par faire un livre, on pense à en réaliser un autre et les projets s’enchaînent. Il se trouve que Aristéas est une maison d’édition spécialisée dans l’architecture, ou plutôt le patrimoine architectural, dirigé par des gars consciencieux et à l’écoute. Il en faut pas plus pour avoir envie de faire un bout de chemin ensemble.

Pour moi la destination d’une photo n’est pas de rester dans une boite à chaussure. J’aime bien l’idée qu’une photo puisse être vue, publiée, éditée, concrète, consultable, lue, touchée. Elle doit vivre !

Photographie Hervé Hôte

L’Agence Caméléon que vous avez créé est une mutualisation de talents ? Un regroupement de photographes ? Que pouvez-vous nous dire de cette expérience ?

L’Agence Caméléon est une société qui a pour vocation de faire des bénéfices dans un domaine d’activité qui est la photographie appliquée. Nous avons donc réunies des compétences administratives et commerciales, autour de la photographie.
Nous travaillons dans les domaines du tourisme, du voyage, de l’industrie, du monde économique en général, du patrimoine, de l’événementiel, des catalogues produits, de la déco, de la photo culinaire et pour des séminaires. Très large, très caméléon en somme…

Photographie Hervé Hôte

Photographie Hervé Hôte

Comment préparez vous vos portraits ? Comment vous viennent les idées de vos mises en scènes ?

Pour le dire vite, je pense que je les réalise de manière intuitive. Je pars souvent avec une idée mais c’est la personnalité, la rencontre, la lumière, un objet, la durée, le décor, le vent, le froid ou le chaud qui m’inspireront au final.
Toutefois, je ne vais pas appréhender la réalisation d’un portrait de la même manière en fonction justement des attentes de mon client : a titre d’exemples  lorsque je réalise un reportage élégant et glamour pour Maison Côté Sud, du corporate décontracté pour le rapport d’activité de EDF Energies Nouvelles ou une 4ème de couverture du mensuel de la commune d’Arles, mon empreinte doit être discrète.
Il ne faut jamais perdre de vue que même si votre client apprécie votre travail, il sait surtout ce qu’il attend de vos images.

Photographie Hervé Hôte

Pouvez-vous nous parler de votre exposition qui aura lieu à la galerie l’Atelier du Midi à Arles ?

A proprement parler il y aura deux expositions. L’une s’appellera “Arlésiens” et l’autre “les Nouveaux Mondes”. Il y aura donc des portraits réalisés localement depuis une quinzaine d’années et des images de villes du monde moderne (Asie et Moyen Orient) visitées professionnellement récemment. Cette expo aura lieu du 29 mars au 5 avril 2010 à la galerie l’Atelier du Midi.

Arlésiens
Depuis 1994, je photographie des arlésiens.
J’en montre 2 séries, une que j’ai réalisé de 1997 à 1999 dans un studio itinérant que j’ai baladé avec deux compères sur l’ensemble de la commune : plage, quartier, village, centre ville, fête… En 2000 j’ai monté un diaporama d’une vingtaine de minutes qui sera projeté dans la galerie.
La seconde rassemble des portraits extraits de travaux de commande (entreprise, presse, collectivité…). Seront présentés « Mes Camarguais » sous forme de tirage, et « Workers » sous forme de diaporama.
Je vais radicaliser, systématiser cette production d’images d’arlésiens au cours des prochaines années. J’ai 2, 3 pistes…

Photographie Hervé Hôte

Photographie Hervé Hôte

Photographie Hervé Hôte

Photographie Hervé Hôte

Les Nouveaux Mondes
Je suis fasciné par les villes. Je les arpente seul et je les vis pleinement : sons, couleurs, stress, angoisse, frénésie, vie, densités, nouveauté, modernité… Les paysages urbains contemporains me fascinent.
A l’occasion de commandes magazines et  institutionnelles, j’ai visité plusieurs grandes villes ces dernières années et j’ai extrait de ces différents reportages une série d’images qui me semblent homogènes. Les mondes américain et européen m’ont semblé timides face à une Asie et un Moyen Orient très innovants, sans complexe. J’y ai trouvé des visions nouvelles, des décors inédits, des nouveaux mondes. Environ 15 photographies de cette série seront montrées dans un format de tirage allant de 25 X 40 cm à 80 X 120 cm . Numérotées (8 exemplaires) et signées, elles seront toutes tirées par le labo Voies Off.

Photographie Hervé Hôte

Photographie Hervé Hôte

Photographie Hervé Hôte

Vous entretenez une relation particulière avec la ville d’Arles…

Plus que d’une ville, il faut parler d’un bourg, situé au "milieu" d’une vaste campagne agricole et sauvage, où sont situés différents villages et hameaux.
Pour des raisons pratiques, j’ai du m’installer sur cette commune alors que j’étais encore étudiant à Montpellier. Traverser l’hiver dans cette commune c’est comprendre la nécessité d’agir, de faire et c’est à cette époque que je crée une association, « Plaisirs Photographiques », et que je commence des prises de vue d’arlésiens et lie directement mes études en ethnologie à la photographie.
Arles est à la fois un lieu de vie, un terrain d’observation et une référence lorsque je pars visiter des mégalopoles.

Quelles sont vos méthodes de travail, numérique, retouche ?

J’utilise du matériel d’aujourd’hui. Il faut qu’il soit fiable et de qualité. Je retouche peu mes images et fait confiance au labo Voies Off et à Graphistes Associés pour mes tirages. Les deux sont situés à Arles !
Pour des tirages de lecture de qualité pour mes clients et qui nécessitent de plus gros volumes, je fais appel à un labo d’Avignon, Photo Labo Service.

Y a-t-il une pratique photographique que vous n’avez pas essayée et qui vous attire ? Pour un projet futur ?

Peu de domaine ne m’attire pas, mais certains me font plus souffrir que d’autres. Pour répondre plus précisément, je pourrai évoquer quelques souhaits de pratiques photographiques nouvelles : j’aimerais suivre un grand de la photographie pendant une ou deux semaines comme Goude, Mondino, Demarchelier, Bensimon pour ne citer que des français, j’aimerais travailler pour Paris-Match pour des prises de vues d’actu ou people, des magazines voyages pour photographier et montrer des villes… Des sujets engagés ou militants sur des questions d’actualité ou des problèmes de fonds pourraient devenir des priorités dans les années à venir au milieu des travaux de photographie appliquée.
Enfin, poursuivre la série « Les Nouveaux Mondes » en continuant de voir les régions du monde à forte croissance économique.

En quoi l’ethnologie et l’anthropologie que vous avez étudiées conduisent à la photographie ? En quoi est-ce une aide ?

Les sciences sociales comme la photographie sont des histoires de regards, d’observation et je pense que la distance qu’impliquent la sociologie, l’ethnologie ou l’histoire complète, structure la distance inhérente à la photographie.

Lien vers le site de l'agence Caméléon

Social

Gardez le contact

Nos partenaires