Grégoire Eloy, le photographe de la disparition

portrait: 
Grégoire Eloy, le photographe de la disparition
Interview « Photographes »

Depuis une dizaine d’années, la photographie documentaire française compte un nouveau visage : Grégoire Eloy. Ce natif du Nord photographie essentiellement les pays de l’ex Union Soviétique. Son dernier projet Ressac, sur les pêcheurs de la mer d’Aral,  marque un véritable tournant dans sa photographie.

 Je voulais que mes photographies soient interprétées comme des documents trouvés sur place. 

L’ex Union Soviétique c’est l’eldorado de Grégoire Eloy. Depuis qu’il a remporté la bourse du talent, section reportage en 2004, avec son travail intitulé  Les nouveaux contours de l’Europe il n’a cessé de courir vers l’Est. Avec Ressac, réalisé entre 2008 et 2012, il a plongé dans la Mer d’Aral et a exploré ses contours en Ouzbékistan et au Kazakhstan. Mais qu’y a-t-il trouvé ? Un lac d’eau salée qui n’existe presque plus. Et une région qui devient de plus en plus déserte. « C’est un peu étrange mais j’ai vu la mer d’Aral comme un mirage. La mer a reculé de plusieurs dizaines de kilomètres. Les contours sont devenus très arides et le climat a changé. L’eau est partie mais sa présence demeure, en creux, par les traces qu’elle a laissées. »

Pour lire la suite, cliquez ici 

Social

Gardez le contact

Nos partenaires